Au jour conté

2019

9 janvier 2019

©lkg, office with a view

*2019* Espoirs vers la nouveauté, regards vers le lendemain, les jours à venir. La promesse, l’inconnu.

*2019* Pardon, je regarde en arrière. Il y eut là du bonheur.

*2019* la vie c’est des rencontres.

*2007* Madrid, entre Lavapiès et la Puerta del Sol. Un dimanche d’avril, lendemain de fête et de nuit tardive. Una ensalada de atún con tomate y croquetas de jamón. Le soleil sur nos visages blancs. Notre bonheur à toutes deux. Mon amie. Mes amies. Notre vie à Madrid. A toutes.

*2002* Séville, une péniche sur le Guadalquivir. Une fête Erasmus. La jeunesse européenne. Des hanches qui se bousculent, des coeurs qui ondulent trop. Le jour qui succède à la nuit. Nos sourires et nos excès. Amis pour la vie.

*2000* Versailles, l’avenue de Paris. Les classes. Jacques Brel sur la promenade.

*2016* Singapour et quelques élèves. Deux nez, l’Italie, l’Espagne, l’avenir et la permaculture. Le Canada aussi.

*2004* Wigan. De foot et de drames. Il fallait le faire. Trois filles et quelques garçons. Nous rions. Clin d’oeil du destin.

*2010* Sanaa, bien sûr. Vieille ville de pain d’épices. De roches et de oud. L’Arabia Felix. LE Pays, Yémen éternel, inénarrable, inoubliable. Au milieu du coeur, toujours.

*2012* Jubail, l’autre Arabie. Le sable et le désert. La femme, multiple. L’entraide magnifique. Les femmes. Grandir enfin, s’émanciper. Faire tomber le voile.

*1997* Un train de banlieue. Un lycée. Des tresses sur ta tête. Nos confidences. Cette complicité. Qui dure toujours. Mon amie.

*2013* Berlin. Mon amie, jamais assez, je ne te remercierai.

*2003* Un appartement face à la cathédrale Pey Berland. Une adresse, rue des Ayres. Une fenêtre sur le monde. Nos chambres mitoyennes. Nos soupes et nos musiques. Ta vie, ta joie. Ta personne, si belle, entière, fabuleuse. Je t’aime.

*2014* Enfin. La baie et la Rhune. La maison. L’ancre. Une librairie, des livres et d’autres encore. Des partages et des rencontres. Magnifiques.

Amis, lecteurs,

*Belle année 2019*

sous les sapins ou les acacias,

Merci d’être là, toujours, malgré les silences et les absences, ces traversées en longue distance.

Merci pour vos mots au fil des mois,

le long de la route,

Je les porte en moi.

Love *2019*

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply sophie deballon masson 10 janvier 2019 at 1:48

    bisous Laetitia

    • Reply Laetitia KGuilbert 15 janvier 2019 at 6:04

      Je t’embrasse fort Sophie ; prends bien soin de toi sur ton île loin là-bas !

  • Reply Anonyme 10 janvier 2019 at 8:58

    C’est poétique c’est très beau…et bien sûr le passage sur le Yémen est émouvant…

    • Reply Laetitia KGuilbert 15 janvier 2019 at 6:04

      Merci, oui, le Yémen fut émouvant et l’est encore.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    %d blogueurs aiment cette page :